Mon histoire

 
 
 
 
 

J'ai la profonde conviction que ce ne sont pas les techniques utilisées qui font la qualité d'un accompagnement mais le cheminement personnel du thérapeute. 

Quand on a soi-même cheminé pour transcender ses peurs, dépasser ses conditionnements, développer ses ressources, on a intégré un savoir par l’expérience. D’une part, l’apprentissage de techniques devient beaucoup plus évident. D’autre part, être en paix avec soi-même permet de rencontrer l’autre dans toute son humanité et de le comprendre, parce qu’on est soi-même passé par là. C’est précisément de cette relation privilégiée entre l’accompagnant et l’accompagné que va naître la transformation.

 

D’ombres et de  lumière

 

Issue d'une famille athée, terre-à-terre et solidaire, j'ai pu développer durant mon enfance le concret, le bon sens, la logique. Mais tout n'a pas été tout rose...

 

J'ai été victime d'abus physiques et psychologiques à répétition, de plusieurs abandons,  d’humiliations, de rejets, de trahisons. Pour survivre, j'ai développé ma créativité, mon intuition et mon ouverture d’esprit. Très seule et malheureuse, je me demandais : « mais qu'est-ce je fiche sur cette terre, pourquoi je vis tout cela ? ». 

 

Tous les moyens étaient bons pour m’inventer une autre vie : peindre, dessiner, écrire, jouer de la guitare, chanter, rêver… Je me réfugiais à la bibliothèque à la recherche de réponses : « comment être heureuse ? ». 

La souffrance était ma meilleure ennemie et je ne savais pas du tout comment me sentir en accord avec moi-même et avec les autres. Je rêvais secrètement d’obtenir le respect et la considération des autres, et me sentir légère, épanouie et en paix. Mais rien ne m'indiquait comment y arriver.

 

La quête 

 

A l'adolescence, je me suis tournée vers les sagesses anciennes orientales car j'étais passionnée par tout ce qui touchait de près ou de loin à l’Inde. (Ne me demandez pas pourquoi, moi-même je ne le sais pas, mais je raconte ma drôle d'expérience avec ce pays dans mon podcast : épisode XX).

 

N'ayant trouvé que peu de réponses dans les livres, et malgré un cursus de psychologie à l'université, il devenait clair que toute seule je n'y arrivais pas. De là a commencé une valse de thérapies. J'ai testé toutes sortes de techniques pendant des années. Un long cheminement personnel, ponctué de nouvelles « épreuves ». Ah c'est sûr, la vie est une odyssée ! je ne me suis pas ennuyée, c'est certain, mais qu'est-ce que j'ai galéré ! Chaque approche, avec tout ce qu'elle m'apportait, me laissait le goût de l’insatisfaction. La souffrance était toujours là.

 

Le basculement

 

Après de multiples synchronicités, je comprenais que l'appel de l'Inde se faisait de plus en plus fort. Je décidais donc de tout quitter pour partir là-bas. Trois mois absolument magiques, riches de nombreuses aventures dont deux gravées à jamais en moi.

 

La première a lieu sur les bords du Gange à Bénarès, où je marchais tranquillement seule, enregistrant les sons aux alentours. J'entendais au loin un chant, très particulier : la voix d'un homme, une clochette et une seule note d'un instrument vraisemblablement à corde. Plus je m'approchais et plus je distinguais ce chant envoûtant. Il venait d'un très vieil indien, aveugle, habillé en haillons. 

 

Tout était là : ce chant surnaturel, le cri des corneilles, le ciel bleu, des odeurs délicieuses et exécrables mélangées… Jamais je ne m'étais sentie aussi vivante et aussi heureuse, c'était la perfection absolue, j’en pleurais de joie! Je me souviens de ce moment comme d'un moment de grâce.

 

Ce jour-là, je compris que quelque chose de bien plus grand m’habitait, que tout le vivant était relié et formait une unité. 

Je venais de faire une expérience d'éveil à la Conscience

 

La découverte

 

Un peu plus tard, c'est sur la plage de Puri, un des lieux de pèlerinage les plus sacrés de l'Inde, que je fis la seconde expérience marquante

 

Je me promenais avec une amie, au bord de la plage du golfe du Bengale. Quand soudain, une vague vint mouiller nos jambes et au moment de se retirer, laissa à nos pieds non pas une mais deux (!) statuettes en bois peintes et habillées d'un tissu. Nous avons eu la sensation que la mer venait de nous faire une offrande. Et quelle offrande ! 

 

Cette statuette de divinité indienne est devenue le symbole de ce lien indéfectible qui m'unit à l'Inde, mais surtout le symbole d’un autre lien indéfectible : celui de la connexion au Soi - appelé aussi Conscience - que je ne pouvais plus ignorer.

Après ce voyage qui changea à jamais ma vie, je me mis à mon compte en tant que graphiste. Parallèlement, je continuais à cheminer auprès de différents thérapeutes plus sensibles à l’invisible. J'explorais la vie intérieure sur d'autres plans : les vies karmiques, les mémoires transgénérationnelles, les conditionnements collectifs, le fonctionnement de l'ego, les schémas psychologiques, les différents plans de conscience, ainsi que l’énergétique.

 

La révélation

 

Au bout d'une dizaine d’années, mon activité de graphiste tombe soudainement en chute libre. Inquiète par ce changement brutal, je m'allonge un soir sur mon lit, songeuse : « qu'est-ce que je ferai, et que je ferai quand-même si je n'étais pas payée ? » 

 

Et là, la révélation ! La réponse m’arrive tel un message envoyé par un ange : 

« Psycho-thérapeute. Commence par l'hypnose ». 

 

J'informe mon hypno-thérapeute de ma décision, elle me propose de m'aider dans le choix de mon école. Je me forme alors à l'hypnose humaniste, totalement en adéquation avec ma vision du monde. Non seulement cette évidence me fait changer de vie du jour au lendemain, mais en plus elle développe mes capacités extra-sensorielles, me permettant de percevoir chez les autres les fonctionnements inconscients sur différents plans.

 

L’évidence

 

Et aussi incroyable que cela puisse paraître, avant même d'être diplômée, mon hypno-thérapeute me confie sa patientèle parisienne, propulsant ainsi ma carrière. Même si dès le départ, je me sens légitime à exercer cette activité, la confiance que cette professionnelle me témoigne est une véritable bénédiction. Après plusieurs autres formations et des années en cabinet, j'élabore ma propre façon d'accompagner, en intégrant les apports de différentes approches thérapeutiques et philosophiques.

 

Aujourd'hui, j'utilise mes perceptions multidimensionnelles, et les fruits de mon expérience pour aider chacun à retrouver sa liberté et vivre pleinement.

 

Je crois profondément qu'être en accord avec soi-même et avec les autres participe à l'émergence d'un monde nouveau, fait de respect, de coopération, d'harmonie, et surtout, de paix

 

Angéline Leroux ::: mentions légales  :::  2020